Les lectures du jeudi – Les gens heureux lisent et boivent du café

Bonjour à tous, on se retrouve cette semaine avec un nouveau genre d’article.

Alors pour commencer nos rendez-vous lecture du jeudi, je vous propose de nous plonger dans « Les gens heureux lisent et boivent du café ».  Rien que le titre me plait beaucoup ! Il faut dire que ce livre trainait depuis un petit temps sur ma table de nuit et je n’ai pas été déçu de le choisir. Je pense qu’en une après-midi et une soirée je l’ai terminé tellement j’ai été happé par son histoire…

J’avais envie d’un peu changer le format de mes classiques booklists, qui sont parfois fort lourdes pour vous. Alors j’espère que cette attention recentrée sur un seul ouvrage vous plaira davantage. Dans l’idéal, j’essayerai de poster tous les jeudis (ou un jeudi sur deux, tout dépend de mon rythme de lecture) un nouvel ouvrage. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire 😉

Mais sans plus attendre, voici le résumé du livre de ce jeudi :

Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »
Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre.
Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence.
C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

Mon avis

Alors j’ai aimé ce livre qui m’a happé le temps d’une soirée ! Que ce soit les personnages, leurs relations, les décors (le grand fan de l’Écosse et de l’Irlande que je suis a été ravi) tout m’a plu. Surtout la relation entre Félix et Diane qui m’a fait rêver et beaucoup rire (soit dit en passant, Félix m’a énormément fait penser à son homonyme dans la série Orphan Black). De plus, j’ai vraiment aimé suivre la reconstruction de Diane, qui au fil des pages reprend petit à petit goût à la vie. Sans oublier sa rencontre avec Edward et leur parcours ensemble. Enfin, le côté rustre, sauvage un peu ours de celui-ci m’a fait bien rire.

Par contre, au niveau de l’écriture, il est clair que ce n’est pas un grand roman. C’est clair que le style est simple mais il n’est pas dénué de charme pour autant. C’est simplement un livre sympa à lire tranquillement. Et entre les grosses briques dans lesquelles je tente d’avancer (Anna Karénine et Pride and Prejudice) des petites bouffées d’oxygènes, telles que ce livre, sont bien plus que bienvenues. Cela fait du bien de se déconnecter, de rentrer facilement dans l’univers du roman et d’avancer dedans avec plaisir.

De plus, l’histoire de ce livre est assez folle. Tout d’abord auto-publié en format électronique car aucun éditeur ne le voulait, il s’est rapidement hissé au sommet du classement. Pour finir, il aura été téléchargé 10 000 fois en 1 mois. Et c’est l’éditeur Michel Lafond qui l’éditera en plusieurs milliers d’exemplaires

Pour finir, même si le style n’est pas très élaboré ou développé, je reste séduit par l’histoire qui m’emporte, me happe et me déconnecte de la réalité. Au final  c’est quand même le job numéro 1 d’un livre non ?

Ma note : 3,5/5

 

 

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.