Dur d’être un mec par les temps qui courent

Je ne sais pas trop par où commencer. Mais je pense qu’il est temps que je partage avec vous un sentiment que j’ai depuis un petit moment. Je suis un homme et la seule chose qui me différencie d’une femme est notre dernière paire de chromosome. La sienne est XX, la mienne XY. Cette petite différence qui peut paraître insignifiante, se révèle être au final très importante.

Car « grâce » à cette différence, je n’ai jamais eu peur de mettre un short en été. Cette différence fait que mon corps m’appartient. Cette différence fait que je ne suis pas moins bien considéré parce que je pourrais donner naissance, un jour, à un enfant. Enfin, cette différence, fait que mon salaire sera juste et que je ne recevrai pas moins en fonction de mon sexe. 

Je crois fermement en l’égalité des genres et je pense que l’égalité des salaires ou la liberté de son corps sont très importants. Et pourtant en 2018, les femmes continuent à gagner moins que les hommes à travail et formation équivalents. Un seul pays peut se vanter d’avoir atteint cette égalité, c’est l’Islande ! En Belgique la différence est d’environ 8%.  Et dans certains pays l’IVG est toujours interdite ou vient d’être à nouveau interdite (Merci Trump…)

Un mec féministe, c’est possible ?

Il ne faut pas oublier que le féminisme est par définition « un mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société. » (Définition du dictionnaire Larousse )

Or bien souvent, ce terme est connoté très négativement. On l’associe sans peine à un groupuscule de femmes détestant les hommes. Et c’est ça qui me dérange. Ce man-hating ambiant qui ne rend au final pas spécialement service à cette cause qui aurait pourtant besoin de la participation de tous.

Il est donc difficile d’être considéré comme féministe tout en étant un homme. C’est comme si ces deux paramètres étaient incompatibles. Que leur association est impossible. Pourtant je reste convaincu que ce n’est qu’en intégrant la gent masculine au mouvement que les choses avanceront. Ce n’est qu’à partir du moment où l’on acceptera nos différences, que nous pourrons lancer le dialogue, l’échange et que les opinions changeront.

Dur d’être un mec par les temps courent…

Après l’affaire Weinstein, le #balancetonporc, le #metoo, le tout nouveau #TIMESUP ou encore le scandale « Babylon 2.0 », le féminisme est revenu sur le devant de la scène. On a pu se rendre compte de l’ampleur du problème mais cependant je ne peux que remarquer une certaine hostilité envers la gent masculine. Je pourrais dire que tous les hommes ne sont pas comme ça, mais c’est une vieille ritournelle qui n’a jamais fait avancer le débat. Je pourrais dire que je vous comprend, mais c’est impossible. Certaines histoires m’ont clairement choqué et dépasse ce que j’aurai pu imaginer.

Je reste pourtant profondément convaincu de l’importance de cette cause, mais ce matraquage rend les choses compliquées. Il est clair que ces actes ignobles doivent être dénoncés. Mais j’aimerais simplement vous posez une question. Comment voulez vous que les choses changent quand seulement la moitié de la population est conviée ? Comment voulez vous que les hommes se sentent intégrés au mouvement si ils sont constamment pointé du doigt ?

Par contre, si vous passez par ici Messieurs, sachez que le féminisme c’est notre histoire aussi. Il est grand temps que les choses changent. Mais arrêtons de faire de nos genres des frontières qui nous interdissent certains comportements. Acceptons nos différences car ce n’est qu’ensemble, hommes et femmes que la situation pourra changer !

J’aimerais vous laissez avec cette vidéo en guise de conclusion. Elle illustre entièrement ma pensée et c’est grâce à sa vision que j’ai commencé à m’intéresser à la cause féministe et qu’aujourd’hui je ne peux que réagir quand je vois cette déferlante anti-homme.

Never Forget

Life is a journey 

(For both gender 😉 )

You may also like

5 commentaires

  1. Un homme qui décrit aussi simplement ce qu’est être féministe et se revendique comme tel, c’est juste trop beau. Et c’est dommage que ce soit encore aussi rare, que tant de personnes ne parviennent pas encore à le comprendre comme ça…
    Par contre, j’avais envie d’exprimer mon avis par rapport à ta partie sur une hostilité envers les hommes et à ta question « Comment voulez-vous que les choses changent quand seulement la moitié de la population est conviée ? »: si le but est d’atteindre une égalité, je pense qu’il serait stupide et même contradictoire de chercher à faire la distinction entre les deux sexes dans ce combat, et je pense parler au nom de beaucoup de féministes quand je dis que nous voulons, justement, que les hommes en fassent partie. Évidemment que toute personne, homme ou femme, devrait être conviée dans cette lutte pour les droits humains. Mais pour réaliser ce rêve, il faudrait tout d’abord que les hommes se sentent concernés… Et je pense que c’est malheureusement cette incompréhension de ce qu’est réellement le féminisme qui fait que pour beaucoup d’hommes (mais aussi de femmes), ce n’est pas encore le cas, et toute possibilité de se battre côte à côte devient alors impossible.
    Je réalise que cela ne doit pas facile pour un homme de se sentir à sa place sur ce sujet : on peut très vite se sentir visé par toutes ces plaintes qui ne cessent de tomber, par cette haine qu’énormément de femmes ne cessent d’exprimer. Mais il ne s’agit pas d’une haine envers l’homme, le masculin (de façon générale, car il y a toujours des extrémistes qui sont à côté de la plaque, comme dans tout), mais d’une haine envers ce qu’elles subissent chaque jour, et envers ceux qui minimisent voire nient ce qu’elles subissent chaque jour, qui, justement, refusent cette entraide, cette lutte côte à côte dont je parlais, puisqu’ils nient l’existence d’un problème de départ. Ce qui rend en colère, ce n’est pas la différence, c’est la réaction quant aux injustices liées à cette différence…

    1. Wow… Que répondre si ce n’est merci ? Merci d’avoir pris le temps de me lire mais surtout d’avoir écrit ce très beau texte qui résume tout simplement la situation. Je pense tout de même que l’homme (masculin) est capable de changer. Il faut simplement qu’il arrête de s’emprisonner dans son genre. Et là, pour moi, la société doit changer. On doit arrêter de faire croire à l’homme qu’IL doit contrôler, qu’IL ne peut pas pleurer ou quoi. Et ce n’est qu’à partir du moment où ces barrières se briseront qu’on pourra avancer et lutter côte à côte. Le seul truc qui m’emmerde c’est que malheureusement cette violence qui provient justement de ces « extrémistes » annulent un peu tout ces efforts ! Et au final,détruit plus que ne construit…

  2. Très beau texte mon poulet! Tu n’es pas le seul à te poser des questions: j’en discutais encore il y a une semaine avec mon neveu (qui a ton âge). Sans parler du temps (lointain) où en tant que prof j’en faisais un de mes sujets fétiches. Et non tu n’es pas une femme, mais nous savons toi et moi que tu as suffisamment d’empathie pour te mettre à la place de celles-ci et comprendre la situation (même si peut-être 10% t’échappe car tu ne peux pas réellement la vivre). En prendre conscience et y réfléchir c’est déjà quelque chose crois-moi.

    Merci aussi de m’avoir fait découvrir cette vidéo (ouf 4 ans déjà…). Ce discours m’a fait pleurer. Pas seulement parce qu’on y parle de la femme, mais surtout parce qu’on y parle de cette formatation de l’homme par la société selon son sexe. Je dis souvent qu’il suffit de voir les dessins-animés qu’on fait regarder aux enfants: des belles histoires de princesses et d’amour pour les filles par exemple (oui pour nous la vie se résume apparemment à ça comme accomplissement^^) ou le fameux « t’es un homme et un homme ça ne pleure pas ». Si tu veux voir deux vidéos intéressantes: « Et tout le monde s’en fout » (l’homme et la femme).

    Non seulement le mot « féministe » pose question pour toutes les raisons citées, mais je rajouterai aussi le mot « égalité ». Car quand tu dis « égalité des sexes » la première réflexion c’est « oui mais un homme et une femme physiquement, hormonalement, psychologiquement c’est pas pareil! ». Par contre si tu parles d' »importance » ou « d’avoir la même valeur » les gens écoutent plus et sont plus ouverts au dialogue.

    Bref merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.